Réflexions philosophiques sur l'égalité by Jacques Necker, Jean-Fabien Spitz

By Jacques Necker, Jean-Fabien Spitz

Ecrites au plus citadel de los angeles Terreur en 1793 mais oubliees depuis leur booklet dans les OEuvres completes de Necker (1732-1804) par le baron de Stael en 1820, les Reflexions philosophiques sur l'egalite constituent une implacable cost contre les debordements passionnels de l' envie qui, selon leur auteur, inspirent l'ideologie egalitariste des Droits de l'homme a l. a. mode jacobine et le nivellement qui devait fatalement resulter de leur application.Dans ces pages d'une mordante sobriete et dont l'inspiration morale n'est pas sans evoquer celle de son contemporain Burke dans ses Reflexions sur los angeles revolution en France, l'homme d'Etat Jacques Necker apparait aussi en penseur d'un conservatisme eclaire cherchant a concilier liberte individuelle et harmonie sociale, vrais droits de l'homme et gradations des rangs ou quete du bonheur group of workers et adventure historique. Cet adversaire claim des abstractions et speculations metaphysiques y invente meme au passage dans l. a. troisieme partie de l'ouvrage le procede du voile d'ignorance . Autant de raisons qui doivent lui assurer definitivement une position originale mais a component entiere dans l'histoire des idees politiques.

Show description

Read Online or Download Réflexions philosophiques sur l'égalité PDF

Similar french_1 books

Hélène Cixous: Writing the Feminine

Born in Algeria in 1937, Hélène Cixous completed global status for her brief tales, feedback, and fictionalized autobiography (Dedans, 1969). Her paintings fast grew to become arguable since it frankly established a contrast among female and male writing. Her literary experiments and her conclusions make her probably the most stimulating and so much elusive feminist theorists of our time.

Blindés en Normandie: Les Britanniques

Blindes en Normandie: Les Britanniques

Extra resources for Réflexions philosophiques sur l'égalité

Example text

On a dit aux princes que telle était la nature du pouvoir suprême et le despotisme a paru. On a tenu le même langage au peuple français, et un mélange d’anarchie et de tyrannie est devenu le résultat de cette doctrine. Les flatteurs du peuple et les flatteurs des rois ont pris la même route ; et ce qui est le plus remarquable, la philosophie moderne en essayant de remonter à la cime de toutes les idées politiques, afin de répandre de plus haut ses instructions métaphysiques, les a réunies, sans le vouloir, aux premiers principes du despotisme.

On a dit aux princes que telle était la nature du pouvoir suprême et le despotisme a paru. On a tenu le même langage au peuple français, et un mélange d’anarchie et de tyrannie est devenu le résultat de cette doctrine. Les flatteurs du peuple et les flatteurs des rois ont pris la même route ; et ce qui est le plus remarquable, la philosophie moderne en essayant de remonter à la cime de toutes les idées politiques, afin de répandre de plus haut ses instructions métaphysiques, les a réunies, sans le vouloir, aux premiers principes du despotisme.

Examinons maintenant si, pour constituer le droit de souveraineté, la pluralité des opinions peut être substituée à l’universalité des volontés. Et d’abord je ferai remarquer, que malgré l’espèce d’affinité qui semble exister entre l’unanimité des suffrages et leur pluralité, on ne peut passer de l’une de ces deux idées à l’autre sans être transporté dans une sphère absolument différente. L’unanimité des volontés et des volontés éclairées, l’unanimité constante, si elle était possible représenterait, du moins en apparence, l’intérêt général.

Download PDF sample

Rated 4.90 of 5 – based on 29 votes