Les infections urinaires by Bernard Lobel

By Bernard Lobel

Les Infections urinaires suggest une mise � jour sur les connaissances concernant l’épidémiologie de l’infection communautaire, sur les mécanismes de l. a. résistance bactérienne et sur certains elements de l. a. maladie utiles autant aux urologues qu’aux infectiologues, gynécologues, urgentistes et médecins traitants.

L’infection urinaire nosocomiale est abordée sous l’angle des facteurs de risque. l. a. prostatite aiguë et chronique a fait l’objet d’une conférence de consensus soutenue par l’Organisation Mondiale de los angeles Santé dans le cadre des Conférences Internationales de Consensus en Urologie � Paris. Le texte intégral et les recommandations sont rapportés avec l’accord de leurs auteurs. Cet ouvrage est un livre d’auteurs et non le livre d’un auteur vehicle l’infection urinaire est a number of, complexe et justifie d’une approche multidisciplinaire.

Show description

Read or Download Les infections urinaires PDF

Similar french_1 books

Hélène Cixous: Writing the Feminine

Born in Algeria in 1937, Hélène Cixous completed international repute for her brief tales, feedback, and fictionalized autobiography (Dedans, 1969). Her paintings speedy grew to become debatable since it frankly established a contrast among female and male writing. Her literary experiments and her conclusions make her probably the most stimulating and such a lot elusive feminist theorists of our time.

Blindés en Normandie: Les Britanniques

Blindes en Normandie: Les Britanniques

Extra resources for Les infections urinaires

Example text

Stuartii. Pseudomonas aeruginosa (fig. 5) Pseudomonas aeruginosa est naturellement résistant à de nombreux produits : aminopénicillines, céphalosporines de première et deuxième générations, tétracyclines, chloramphénicol, streptomycine, kanamycine, anciennes quinolones, nitrofuranes et cotrimoxazole. Les produits actifs se situent parmi les bêta-lactamines, aminosides et fluoroquinolones. La résistance aux carboxypénicillines atteint 40 % et à la pipéracilline plus de 30 %. Les céphalosporines de troisième génération sont beaucoup moins actives que sur les entérobactéries, à l’exception de la ceftazidime pour laquelle la fréquence des souches résistantes atteint 18 % et 43 % à l’aztréonam.

5) Pseudomonas aeruginosa est naturellement résistant à de nombreux produits : aminopénicillines, céphalosporines de première et deuxième générations, tétracyclines, chloramphénicol, streptomycine, kanamycine, anciennes quinolones, nitrofuranes et cotrimoxazole. Les produits actifs se situent parmi les bêta-lactamines, aminosides et fluoroquinolones. La résistance aux carboxypénicillines atteint 40 % et à la pipéracilline plus de 30 %. Les céphalosporines de troisième génération sont beaucoup moins actives que sur les entérobactéries, à l’exception de la ceftazidime pour laquelle la fréquence des souches résistantes atteint 18 % et 43 % à l’aztréonam.

Intervention en dehors de l’arbre urinaire : - prophylaxie seulement si acte prolongé de reconstruction de l’aire génitale ou implant ; - C1G ou C2G. Intervention endo-urologique : - prophylaxie seulement si risque aggravé d’infection (cf. infra) ou pour la résection transurétrale de prostate : glande > 45 g ou intervention > 90 min ou rétention aiguë d’urines ; - FQ ou amox-clav ou C2G ou cotrimoxazole. Intervention diagnostique : - biopsie transrectale de prostate : FQ ou aminoside ou (C2G + métronidazole) ou amoxclav ; - autres procédures : prophylaxie seulement si risque aggravé d’infection (cf.

Download PDF sample

Rated 4.92 of 5 – based on 30 votes