Devorations by Richard Millet

By Richard Millet

Show description

Read or Download Devorations PDF

Similar french_1 books

Hélène Cixous: Writing the Feminine

Born in Algeria in 1937, Hélène Cixous completed global popularity for her brief tales, feedback, and fictionalized autobiography (Dedans, 1969). Her paintings quick grew to become debatable since it frankly established a contrast among female and male writing. Her literary experiments and her conclusions make her some of the most stimulating and such a lot elusive feminist theorists of our time.

Blindés en Normandie: Les Britanniques

Blindes en Normandie: Les Britanniques

Additional info for Devorations

Sample text

Il m'avait regardée une dernière fois avant de murmurer que tout irait bien, désormais, qu'il aimait par-dessus tout cette heure où la nuit vient à pas de loup ; et puis, je lui avais fourni de quoi franchir le fleuve, surtout la bouteille de vin. « Mais ces fantômes ? » ai-je fini par bredouiller. « Quels fantômes ? » « Ceux du troisième étage », ai-je dit en levant le doigt. « Eh bien, je n'irai pas les réveiller. J'ai assez à faire avec les miens. » « Les vôtres ? » « Oui, le passé. Tout le reste n'est que mulots, musaraignes, chauves-souris.

Ai-je fini par bredouiller. « Quels fantômes ? » « Ceux du troisième étage », ai-je dit en levant le doigt. « Eh bien, je n'irai pas les réveiller. J'ai assez à faire avec les miens. » « Les vôtres ? » « Oui, le passé. Tout le reste n'est que mulots, musaraignes, chauves-souris. » Dès lors la conversation était close : je n'avais plus qu'à partir, aller retrouver ce qui me hantait, moi, et qui n'était peut-être rien d'autre que la femme que j'étais pour moi-même. Aucun salut de part et d'autre.

J'ai pourtant été humble ; c'était même ma seule forme d'orgueil », ajouterait-il le jour où, croirais-je, il me regarderait enfin comme une femme et non en servante d'auberge. J'étais peu habituée à de tels égards, surtout dans le langage, et je n'osais pas soutenir son regard — celui d'un homme au sourire las, presque triste, lointain. Un vieux, aurai s-je pu penser, bien qu'il n'eût pas vingt ans de plus que moi ; en tout cas plus âgé que ceux qui m'avaient approchée pour autre chose que ma qualité de serveuse ; et non pas le plus beau mais quelqu'un qui me changeait des gars de Saint-Andiau et du haut Limousin ; des gars sans séduction, ni très intéressants ni particulièrement méchants ; des types aussi peu instruits que moi, et mal dégrossis, même s'ils ne touchaient presque plus à la terre ou aux bêtes, travaillant pour la plupart dans des villes peu éloignées, Ussel, Meymac, Égletons, qui constituent un triangle dont les côtés enserrent une campagne à peu près déserte.

Download PDF sample

Rated 4.85 of 5 – based on 4 votes